Call of Duty : Modern Warfare 2

On ne vous dira pas que le jeu en ques­tion est très at­ten­du, vous le savez déjà. Vous avez re­mar­qué aussi que beau­coup d'édi­teurs ont dé­ca­lé leur plan­ning de sor­ties his­toire de ne pas ren­trer en com­pé­ti­tion avec le poids lourd de la ca­té­go­rie FPS de cette fin d'année. Il faut avouer que Call of Duty : Mo­dern War­fare 2 est at­ten­du de­puis la dé­fer­lante qu'a été son pre­mier opus. Les stan­dards ont à l'époque chan­gé pour un ho­ri­zon plus grand, plus beau et tout cela grâce à l'as­so­cia­tion d'Ac­ti­vi­sion avec In­fi­ni­ty Ward, son vieil allié des pre­miers Call of Duty (1 & 2). Là où Treyarch et Grey Mat­ter n'ont ja­mais réus­si à éga­ler la per­for­mance des an­ciens em­ployés de 2015 (Dé­ve­lop­peur de Medal of Honor), Call of Duty 4 avait à nou­veau mis les choses au clair. Évo­lu­tion ou ré­vo­lu­tion en 2009 ? Telle est la ques­tion.

Le jeu est beau, très beau. Là ou un Killzone 2 s'ap­puyait sur un de­si­gn d'une ef­fi­ca­ci­té phé­no­mé­nale par exemple, CoD 6 joue la carte du gra­phisme de pointe et
de l'effet vi­suel de haute vol­tige, le tout sans ra­len­ti ce qui est dou­ble­ment in­croyable. Un joli de­si­gn aussi mais on parle ici de re­cons­ti­tu­tion géo­gra­phique et non d'un voyage dans l'es­pace donc on reste dans un autre genre d'art, celui du vrai. Une belle patte tou­te­fois vient s'ajou­ter à tous ces pe­tits dé­tails qui font d'un jeu de guerre une ex­pé­rience hors du com­mun. Les armes entre autre sont assez dé­li­cieuses à re­gar­der frire au so­leil, ac­com­pa­gnées de leurs di­vers cap­teurs et se­condes ca­pa­ci­tés de tir qui vont de paire avec le côté mo­derne de ce conflit. On es­saye  de nous im­mer­ger au maxi­mum dans toutes ces pe­tites choses qui doivent rendre la guerre ef­frayante... ou sa­vou­reuse selon les cas. Les nuages de fu­mées, les at­taques aé­riennes plus vraies que na­ture, le sable vo­la­til qui s'échappe par bouf­fées sous les roues de vos chars d'as­saut, tout y est. C'est bien simple on ne trouve pas de faille à tout cela. S'il res­tait quelques tex­tures un peu trop lisses dans l'épi­sode pré­cé­dent, ici on n'en ob­serve pas la pos­si­bi­li­té de l'ombre d'un doute. Oui par­fois cer­tains pe­tits dé­fauts sont ca­chés par une ac­tion in­tense et des évé­ne­ments assez fan­tas­tiques qui viennent mettre un terme au mo­ment de quasi calme contem­pla­tif pour nous faire vi­re­vol­ter dans une tem­pête de balles. Du coup c'est avec pa­nache que la brou­tille est aus­si­tôt ou­bliée.

On re­grette tou­te­fois l'effet tarte à la fraise qui ac­com­pagne chaque mo­ment où l'on se fait tou­cher. Le sirop de maïs nous éclate des­sus comme des pop­corns lors­qu'on les pré­pare le mi­cro-​onde ou­vert. Les traces de gros rouge gênent la vue beau­coup trop ra­pi­de­ment et sème la pa­nique de ma­nière un peu trop fac­tice. De plus le jeu est très dif­fi­cile donc ces mo­ment d'éga­re­ment se­ront nom­breux. C'est re­gret­table de se faire frei­ner aussi sou­vent dans une dy­na­mique ou l'on vou­drait pou­voir faire des avan­cées héroïques par­fois. Du coup le plai­sir de jeu est quelque peu gâché. L'in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle est là pour veiller au grain en plus de tout cela et même en mode deuxième classe vos en­ne­mis sont là pour vous em­pê­cher d'avan­cer coûte que coûte. Au­tant dire que les mul­tiples check­points sont plus que bien­ve­nus. On reste aussi mi­ti­gé quand à l'am­biance rail shoo­ter du jeu qui certes colle par­ti­cu­liè­re­ment bien à l'as­pect scrip­té de l'aven­ture et à ses ex­plo­sions gran­di­lo­quentes d'ac­tions mais reste ce­pen­dant plu­tôt té­lé­pho­née. On ne tient pas grande ri­gueur de ce der­nier point tel­le­ment le plai­sir tac­tique est de la par­tie puisque les zones de jeu et les ad­ver­saires aux ac­tions re­la­ti­ve­ment pré­dé­fi­nies qui les peuplent évo­luent dans des com­plexes qui mul­ti­plient les op­por­tu­ni­tés. De plus il se passe constam­ment quelque chose à l'écran, et on se re­trouve ha­le­tant de­vant sa console, tou­jours par­tant à faire la  mis­sion sui­vante et connaître un fris­son tou­jours re­nou­ve­lé par les nom­breux lieux et types de chal­lenges que pro­pose le scé­na­rio de la cam­pagne.

Une fois la courte aven­ture du mode solo ef­fec­tuée (en­vi­ron six heures mais six heures ef­fec­tuées sous une pres­sion par­ti­cu­liè­re­ment agréable et pleine de mo­ments bien­heu­reux) on pour­ra pas­ser aux deux autres sec­tions que pro­pose Mo­dern War­fare 2. Bien sûr rien ne vous em­pêche de ten­ter le jeu en Vé­te­ran
ou en Com­man­do ce qui cor­res­pond à un chal­lenge par­ti­cu­liè­re­ment pous­sé. Il faut avouer que la dif­fi­cul­té à été re­haus­sée de­puis le der­nier épi­sode. La pre­mière des deux autres op­tions de jeu est un mode Spec Ops qui cor­res­pond à de pe­tites mis­sions al­lant de deux mi­nutes de course-​pour­suite dans la neige façon Au ser­vice se­cret de sa ma­jes­té à une tue­rie com­plète de 30 mi­nutes dans un en­vi­ron­ne­ment semi ou­vert avec ob­jec­tifs de frags, en pas­sant par la mis­sion sni­per in­fil­tré dans les bois. Toutes ces mis­sions pos­sèdent trois ni­veaux de dif­fi­cul­té et cer­taines sont d'une ru­desse qui plai­ra aux per­fec­tion­nistes du genre. Un mode qui ral­longe déjà consi­dé­ra­ble­ment le solo et per­met d'at­teindre le double d'heures de jeu assez fa­ci­le­ment. De plus le po­ten­tiel de re­joua­bi­li­té est énorme et le tout est dis­po­nible en mode coop (en écran par­ta­gé).

Et bien sûr, un mul­ti­joueur qui res­semble à celui de son pré­dé­ces­seur vient cou­ron­ner le tout. Il est donc d'une quasi per­fec­tion qui n'est plus à dé­mon­trer, à la fois ra­pide, ar­cade et tac­tique avec ses bonus à dé­blo­quer en tuant en série ses en­ne­mis ou en mou­rant plu­sieurs fois de suite. Le tout est d'un équi­libre dia­bo­lique, d'une flui­di­té sans failles et ici en­core aucun temps mort et pas un poil de ra­len­ti. Tout y est par­fai­te­ment équi­li­bré et c'est du bon­heur pur et dur qui ra­vi­ra les an­ciens fans comme ceux qui s'y mettent. Les op­tions ha­bi­tuelles de pas­sage de grades et de dé­blo­cage d'armes et de boosts est bien évi­dem­ment là ainsi que les mul­tiples modes de com­pé­ti­tion on­line. Rien n'est ou­blié.

Un très bon jeu au final avec une durée de vie glo­bale énorme grâce au mode Spec Ops, entre autres. La cam­pagne coupe le souffle et donne des fris­sons en pro­po­sant une ac­tion va­riée et de nom­breux sou­bre­sauts scé­na­ris­tiques. Le tout est certes par­ti­cu­liè­re­ment pro amé­ri­cain mais on com­mence à y être ha­bi­tués Pas de grande sur­prise donc, puisque Mo­dern War­fare 2 est une nou­velle ré­fé­rence tech­nique dont les dé­fauts s'équi­librent par ses nom­breuses qua­li­tés. Sans aucun doute une bonne rai­son de le consi­dé­rer comme une simple évo­lu­tion de Call Of Duty 4. Mais pas si simple que ça au final. At­ten­tion bien évi­dem­ment aux âmes sen­sibles, mais ici on vous pré­vient à tous les ni­veaux que ce jeu n'est pas tendre y com­pris en début de par­cours où vous pou­vez choi­sir de por­ter des oeillères quant à une cer­taine mis­sion dont l'im­mo­ra­li­té m'em­pêche de di­vul­guer ici la moindre miette. Lors de la mis­sion fi­nale on nous laisse éga­le­ment for­te­ment pré­sa­ger d'un troi­sième épi­sode qui ne sera pro­ba­ble­ment pas Call of Duty 7 puisque ce der­nier est an­non­cé en col­la­bo­ra­tion avec Treyarch. En sup­po­sant qu'on reste sur du un sur deux, on se re­trouve en 2011... peut être.

Commentaires (3)

1. DrStiD3 (site web) 09/04/2012

Franchement le plagiat ne m'interesse pas en plus tu ne sait meme pas copiez-collez des images....

2. part time maids in dubai (site web) 10/10/2018

Lots of people are worn out from attempting to continue the family home together while also preparing ingredients and travelling kids to make sure you activities? Not simply will engaging a maid service dwindle your hassle, it'll maintain ones house cleaner which will make yourself and your family healthier and additionally happier. Then again, how ever decide in which maid service of choice? Listed guidelines some ideas to help you with for you to decide to work with a maid service: Spring Cleaning Maid Services Dubai UAE For Booking: +971 551124624 Tool Free (Dubai) 600 522 328

3. part time maids in dubai (site web) 10/10/2018

Lots of people are worn out from attempting to continue the family home together while also preparing ingredients and travelling kids to make sure you activities? Not simply will engaging a maid service dwindle your hassle, it'll maintain ones house cleaner which will make yourself and your family healthier and additionally happier. Then again, how ever decide in which maid service of choice? Listed guidelines some ideas to help you with for you to decide to work with a maid service: Spring Cleaning Maid Services Dubai UAE For Booking: +971 551124624 Tool Free (Dubai) 600 522 328

Ajouter un commentaire
 

Ce site n'est pas responsable des actions effectuées suite à la lecture de certaines pages. L'administrateur décline toute responsabilité en cas de dommages sur votre ordinateur suite à la modification possible de la machine expliquée dans certaines pages. Si vous voyez des erreurs de frappe ou dans les codes, veuillez immédiatement en avertir l'administrateur. Copie interdite.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×